Tirdel, du livre d'Edmond Prochain (j'espère qu'il me permettra de lui emprunter cette image qui m'a portée lors de l'écriture de ce billet)
Tirdel, du livre d’Edmond Prochain (j’espère qu’il me permettra de lui emprunter cette image qui m’a portée lors de l’écriture de ce billet)

Il y a, là-haut, entre deux nuages, un groupe d’enfants qui jouent, qui crient, qui s’exclaffent et qui chahutent. Ils s’appellent Marianne, Joseph, Lazare, Raphaël, Baptiste, Pascal. Et bien d’autres. Ils sont la #TeamCiel. Ils sont des âmes tellement belles qu’elles sont nées au ciel avant de naitre sur terre.

De là où nous sommes, leur vie semble pleine de « et si », remplie de « peut-être », construite sur des « si ça se trouve ». Ils ont été là, ils sont venus, ils ont été aimés, ils le sont toujours. Et ils sont partis.

Pour moi, ce n’est pas tant leur mort que l’on pleure mais leur absence. Ces êtres en devenir que l’on ne verra jamais devenir. Ces robes et pantalons qui ne se saliront pas ; ces chansons que l’on n’entonnera pas ensemble ; ces chambres qu’ils n’ont pas eu le temps de déranger ; ces parties de cache-cache qu’ils ont gagné trop vite.

« Laisse les morts ensevelir leurs morts, toi, va et annonce le Royaume de Dieu. » Comment annoncer un lieu qui symbolise parfois le coffre où Dieu a mis les trésors qu’il nous a pris ? Par moment, je lutte pour ne pas lui balancer en pleine nef : « Donner c’est donner, reprendre c’est voler, nom de Toi ! »

Oui, je sais, j’ai un souci de « propriété » (un comble pour une « anarco socialiste » d’après le quizz *un peu* téléguidé de @FolBavard).

J’ai toujours eu du mal avec la litanie des saints. Je n’en vois pas toujours l’utilité. Puis, il y a quelques années, pour le baptême de mes petits frères, le prêtre a proposé que chaque personne dise le prénom d’une personne chère décédée. L’assemblée a fini en larmes en moins de trente secondes.

« Laisse les morts ensevelir leurs morts, toi, va et annonce le Royaume de Dieu. » Comment annoncer un lieu en ne parlant pas de ceux qui l’habitent déjà ? Mettre des mots pour décrire Marianne et les autres est difficile. Probablement le travail de toute une vie, dans le secret de nos cœurs. Avant, un jour peut-être, de pouvoir en parler sans pleurer.

Vous ne connaissez pas Marianne et la team ciel ? Découvrez-en une toute petite partie derrière #unCoupDePriere et #TeamCiel sur Twitter.

Publicités