Vendredi soir, Kévin, Sofiane et trois amis sortent de chez eux. Ils vont se préparer au mariage de l’un d’eux, le lendemain. Quelques minutes plus tard, dans une rue de la Villeneuve, un quartier de Grenoble tristement célèbre, une quinzaine de jeunes leur ont fondu dessus. 21 coups de couteaux, des coups de barre de fer.

Kévin et Sofiane ne se relèveront jamais

Pendant plus de quinze ans, Aurélie, la maman de Sofiane a été l’associée de ma mère. Au fil de mon enfance, cette grande pédiatre chaleureuse et douce a fait partie de mon quotidien. Et ses enfants aussi. Plutôt Steven, le frère de Kévin, qui avait presque mon âge.

Vendredi soir, cette famille a subi le pire des moments. Perdre l’un des leurs pour une connerie : un regard de travers. Il n’y a pas de « raison », il n’y a pas de « logique », il n’y a pas… de mots. Aurélie a insisté pour que le mariage où Kévin devait être témoin ait lieu, faisant triompher l’amour sur la mort. Au fil des interviews, Aurélie a insisté sur l’importance de construire sur cette tragédie qui « l’anéantit », quelque chose, afin que ce genre de drame n’arrive plus.

Mardi soir, tout ceux qui ont connu les deux jeunes et tout ceux qui le voudront vont organiser une marche blanche.

Si parfois les mots ne peuvent pas traduire beaucoup, les prières le peuvent. Et c’est le genre de soutien dans lequel Aurélie, Steven et leurs proches peuvent puiser. Elle est chrétienne, Kévin était devenu musulman… Aucun croyant n’a d’excuse… Et même ceux qui ne sont pas sûrs qu’un Dieu existe peuvent avoir une pensée.

Honnêtement, je n’ai jamais pensé qu’une prière pouvait le changer le monde et j’utilise parfois le #UDP (#UnionDePriere) à la va-vite. Comme il n’y a que les menhirs qui ne changent pas d’avis, aujourd’hui, à ce moment précis, je sais que cela peut impacter le monde. Leur monde.

Pour cela, j’ai besoin de votre aide…

Mardi 2 octobre, au soir, à 18h30, je prierai pour eux et je posterai une photo (je ne sais pas encore laquelle…) sur mon blog avec le hashtag #VagueBlanche et le titre « Pour Kévin et Sofiane ». Je rajouterai un mot de la Bible, ou juste un hashtag #Priere.

Je vous invite à faire de même, ou seulement un tweet, ou seulement une photo sur Twitter, ou seulement un commentaire gentil à la suite de ma photo de demain, ou de ce billet. Mettez moi en cc ou envoyez moi un mail pour me signaler le lien à envoyer à Aurélie.

Je ne sais pas trop comment lancer une chaîne de prière, ni comment c’est sensé marcher. Alors c’est ma façon d’en faire une. Qui L’aime me suive.

 

Mise à jour : ce mardi matin, sur France Info, Aurélie a donné un témoignage bouleversant. Extraits pour vous inciter à l’écouter : « Il n’y a pas de mot. D’ailleurs, dans la langue française, un enfant qui perd un parent est orphelin, un mari qui perd une femme est veuf, mais il n’y a littéralement pas de mot pour décrire une mère qui perd son enfant. »

« Je suis protestante, la foi me porte beaucoup en ce moment. Mon fils s’était converti et il va être enterré dans le carré musulman. Il m’a aidé à approfondir ma spiritualité. C’était un bonheur. »