Prélude :
« Assis, une lettre à la main, (…)
J’profite de l’instant la où
Les chemins viennent s’perdre.
Serein d’vant cette lettre dont j’sais
Rien, c’est peut-être tout et n’importe quoi
Mais n’rien savoir laisse
Une touche d’espoir rare à notre endroit. (…)
Cette lettre, une part d’rêve dans ce pâle réel. »

Sur les marches qui mènent à une imposante église, là où Elle a rendez-vous, Elle regarde l’enveloppe marron claire cachée dans un petit sac. Un peu plus grande que Sa main, Elle la soupèse. Un livre ? Un petit alors. Minutieusement Elle l’ouvre. L’inscription de l’expéditeur et la mention pour la douane indiquant « cacao » lui avait mis la puce à l’oreille : une tablette de chocolat entourée de deux feuilles de papiers. Elle les met à plat devant Elle. Et son rire résonne sur le parvis. Trempées dans une encre bleue, des pattes de mouches se succèdent à intervalles réguliers. Illisibles, les hiéroglyphes s’enchaînent sans queue ni tête.
Sa première pensée : cet écrivain doit avoir une superbe écriture en arabe… Mais c’est bien du français qui s’étale sous ses yeux amusés. Elle commence déjà à saisir un verbe ici, un adjectif là. Premier carreau entamé. Elle lit, relit, tourne les syllabes dans tous les sens pour les mettre bout à bout. Le deuxième carreau fond dans la bouche. Il Lui semble voir éclore les mots comme une fleur dont les pétales, recroquevillés sur eux-même, s’ouvrent à force d’être scrutés par le soleil. Elle passe de la fin au début, revient au milieu pour identifier les signes qui se ressemblent. Troisième morceaux gobé. Elle note les redondances dans les lignes, les courbes, identifie des habitudes de gaucher. Des « n » qui se noyent dans les « m », les jambes des « j » se confondant avec celles des « p ». Quatrième morceaux disparu.
Comme un parchemin secret, les phrases se construisent, certaines plus rapidement que d’autres. La lecture de cette missive devient alors un jeu de piste, une course aux trésors. Avec des pauses gourmandes, pour reprendre des forces. Une phrase qu’Elle aura saisi au premier passage se brouille au second et tout le travail est à refaire. Au bout de deux heures, les trois quart de la tablette se sont envolés. Les mystères de la lettre sont presque tous déchiffrés. Tous ? Non, quelques irréductibles refusent de se laisser aller. Rien n’y fait. Qu’importe, un bout du délice noir et Elle se replonge dans les méandres de l’écriture de son écrivain d’un jour.

A lire en écoutant Comme un aimant

Advertisements