Parce que ma peine est joie,


Parce qu’au fond mon sourire devance les sursauts de mes humeurs,


Parce que je m’émerveille d’une poussière éphémère sur mon chemin,


Parce que le bonheur des autres dépose dans ma vie mille candeurs,


Parce qu’un regard fait tomber mon coeur nu au creux de ma main,


Parce que ressentir encore et plus loin n’est pas une envie mais un besoin,


Parce que mon regard apeuré masque les racines hésitantes d’une foi aux ramifications subtiles,


Parce qu’un hoquet de rire efface pupilles embuées et froncements de sourcils,


Parce que croire envers et pour tout m’est encore étranger,


Parce que vouloir savoir m’éloigne de la vérité,


Parce que ma volonté n’a prise sur rien de tout cela,


Et parce que tu connais mieux qui moi ce qui est bon pour moi.


Parce que ma peine est joie,

Toi là-haut,

Fais que ma joie soit pleine.


(inspiré par un billet d’Edmond Prochain)

Publicités